Dans mon précédent post, j’ai évoqué la manière dont la demande des consommateurs influençait de nombreuses innovations technologiques dans le domaine de la voiture connectée. Une étude permet de mieux dessiner ce que sera la voiture intelligente à l’horizon 2025. Force est de constater que les experts ne sont pas tous d’accord.

Accenture a réalisé une étude, qui montre que 90% des personnes interrogées sont intéressées par certaines options de conduite autonome, en premier lieu celles liées à la sécurité.

Pour répondre à ce besoin, les constructeurs automobile et les équipementiers s’associent avec des opérateurs télécoms, des sociétés d’électronique grand public, et des sociétés de services informatiques afin de pouvoir produire des véhicules technologiques d’avant-garde.

Des réseaux sociaux de voitures

Dans un récent sondage réalisé auprès de 175 équipementiers, fournisseurs et autres experts du secteur présents dans 21 pays, 57% indiquaient que les réseaux sociaux dédiés permettraient à l’horizon 2025 aux voitures de communiquer entre elles, partageant des données sur la circulation, la météo, les conditions de route, voire même des diagnostics. Ainsi, le propriétaire d’un véhicule ayant un problème mécanique pourrait communiquer avec d’autres véhicules de la même marque pour chercher une solution à son problème.

Les constructeurs prévoient aussi que la voiture du futur sera suffisamment intelligente pour offrir une expérience de conduite personnalisée, en fonction du chauffeur et des passagers.

Cette idée est relativement partagée, puisque 74% des personnes interrogées pensent qu’elle sera capable de s’adapter aux comportements des conducteurs et des passagers pour permettre un trajet optimal à chaque instant.

Comme d’autres objets connectés, la voiture du futur collectera et utilisera une multitude de données concernant le trafic, la circulation, la météo et autres événements au profit de différentes industries connexes comme le commerce et l’assurance.

L’extinction des chauffeurs n’est pas pour demain

Néanmoins, les progrès vont être graduels. Seuls 8% des experts envisagent l’avènement d’une voiture complètement autonome en 2025, c’est-à-dire sans chauffeur.

En revanche, 87% d’entre eux anticipent que la conduite partiellement automatisée prévaudra ; 55% pensent que la conduite hautement automatisée, dans laquelle le système reconnait ses propres limites et appelle le chauffeur pour prendre le contrôle en cas de besoin, sera généralisé en 2025.

Le foisonnement qui entoure l’apparition de la voiture intelligente change déjà la manière dont le secteur de l’assurance promeut et vend ses produits et services auto. Avec la multiplication des données collectées sur les voitures et leurs chauffeurs, de nouvelles opportunités se présentent pour les assureurs.

Je vous en parlerai dans le prochain post.

En savoir plus:

Lire Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté ?

Lire Quand l’Internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l’assurance

Lire The Connected Vehicle: Viewing the Road Ahead

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *