Dans mon dernier post, j’ai mentionné cinq forces qui modifient la donne dans le monde traditionnel de l’assurance. Aujourd’hui, j’insiste sur les quatre facteurs clés de succès indispensables pour qu’un assureur adopte la bonne vision du changement.

Les assureurs qui vont le mieux surfer sur la vague digitale ne vont pas se contenter de cocher toutes les cases de la liste des nouvelles compétences technologiques à acquérir. Ils savent qu’un facteur clé de leur succès sera, non seulement de tirer parti des technologies émergentes, mais aussi leur capacité à faire évoluer leur culture corporate. Dans ce contexte, l’élément déterminant sera de réussir à adopter les nouvelles stratégies commerciales induites par ces technologies.

Une culture digitale repose selon moi sur quatre piliers. Les assureurs vont avoir besoin d’être conçus pour changer, d’être guidés par les données, de comprendre la disruption et d’être conscients des risques digitaux.

Conçus pour changer

Le seul moyen pour un assureur de se mouvoir à la vitesse du digital est de développer de nouvelles compétences, de nouveaux processus, de nouveaux produits et de toute nouvelle manière de travailler.

Ces mutations globales nécessitent une parfaite adhésion des individus. Ces derniers doivent être prêts au changement, comprendre son impact et suivre son rythme en faisant évoluer leurs compétences et en acquérir de nouvelles.

Guidés par les données

L’exploitation optimale des données n’est pas qu’une question d’outils ou de talents. Cela suppose aussi une remise en cause radicale de la façon dont les décisions sont prises à tous les échelons de la compagnie.

Avec les données, il n’est plus question de se référer à l’instinct, à l’expérience, ou à la personne la plus expérimentée du bureau. Les données doivent devenir tellement pertinentes et facilement accessibles qu’elles vont faciliter la prise de décision dans toute l’entreprise grâce à une connaissance intime des clients.

Cap sur la disruption

Dans notre étude, nous avons sondé 450 responsables de l’assurance dans 15 pays. 90% des assureurs allemands et italiens estiment que qu’ils présentent un risque élevé d’être disruptés par un autre assureur. Ce taux atteint 71% en France et 74% aux Pays-Bas.

Et tandis que ce mode de fonctionnement produira une rupture majeure et prédictive, l’ensemble des acteurs économiques en prise directe avec les assureurs se verra complètement redéfini et réinventé.

La confiance digitale

De par leur caractère parfois invasif, les nouvelles technologies entraînent de nouvelles préoccupations. Les assureurs digitaux sont confrontés à des questions sensibles comme la sécurité des données, le respect de la vie privée, une demande pour une utilisation transparente des données, l’éthique digitale, etc.

Les assureurs Nordiques reconnaissent à 67% que leur organisation a vu se multiplier par 3 les brèches sur la vie privée au cours des deux dernières années.

Dans mon prochain post, je me focaliserai sur le facteur humain.

Pour en savoir plus :

Visiter : La Vision Technologique 2016 d’Accenture pour le secteur de l’assurance

Télécharger l’infographie : La Vision Technologique 2016 d’Accenture pour le secteur de l’assurance

Lire l’étude complète : Accenture Technology Vision for Insurance 2016

TECHNOLOGY VISION FOR INSURANCE 2016 REPORT

Learn more about this year's insurance trends in the Technology Vision for Insurance 2016 which takes a look at the primacy of people in the digital age.

 

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *