Avec les objets connectés, appareils intelligents, personnes et services sont interconnectés en permanence. Une prouesse qui redistribue les cartes du jeu. Les acteurs, reposant sur d’anciens modèles économiques, risquent de rater le coche, alors que l’IoT facilite l’émergence de nouveaux entrants.

Tous les assureurs vont devoir se poser les bonnes questions pour s’adapter. Comment assurer les objets ? Quels services mettre en œuvre pour accompagner le changement ? Avec qui collaborer ?

Ce bouleversement technologique, appelé à toucher un nombre croissant de personnes, et donc d’assurés, implique le secteur de l’assurance à trois niveaux.

Le consommateur veut autre chose

Les assurés attendent de leur compagnie d’assurance une offre de produits plus variée et un service qui colle à leurs besoins, c’est-à-dire des échanges plus fréquents et des procédures d’indemnisation automatisées.

On ne se situe pas sur une offre standard low cost.

  • 80% des clients sont prêts à changer d’assureurs pour des services plus personnalisés.
  • 41% d’entre eux sont même prêts à payer plus pour recevoir ces services.

Autrefois, le nombre de contact entre assureurs et assurés se limitait souvent aux déclarations de sinistres, un événement souvent délicat à gérer pour les assureurs.

Aujourd’hui, l’Internet des objets nourrit un dialogue constant. Comme les assureurs y trouvent le moyen d’accéder à une quantité d’informations inégalée, ils auraient tort de s’en priver.

De nouvelles offres dédiées

L’explosion des appareils numériques ouvre la voie à de nouveaux services et produits, encore difficiles à imaginer il y a quelques années. La couverture assurance va devenir à terme une composante parmi d’autres au sein d’une chaîne de valeur élargie.

Le rapide essor des objets connectés, comme les drones, va générer de nouveaux risques. C’est une conviction largement partagée : 80% des assureurs estiment que l’IoT aura un impact sur la nature des risques couverts.

La voiture autonome par exemple, qui circulera dans nos villes d’ici à 2020, offre un champ de possibilités vaste aux assureurs, mais soulève encore des questions irrésolues quant à la responsabilité en cas d’accident.

Une redéfinition de la concurrence

Les assureurs, dans l’obligation de placer leurs prestations dans des réseaux de services étendus, vont être confrontés à de nouveaux concurrents issus de l’Internet, au premier rang desquels les noms de Google, Apple et Facebook reviennent avec insistance. Ces acteurs surgis sans crier gare possèdent une connaissance intime des clients, ce qui risque de repousser les acteurs historiques, comme les assureurs, dans le rang des suiveurs.

Télécharger l’étude en PDF .
Télécharger l’étude en PDF .

Pour rester en contact avec leurs clients, répondre à leurs besoins spécifiques, les assureurs n’ont pas d’autres choix que de s’associer avec de nouveaux partenaires, issus d’autres secteurs ou plus innovants.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire notre Étude Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté: Quand l’Internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l’assurance.

Dans mon prochain post, j’expliquerai quelles sont les 5 conditions indispensables pour transformer un assureur en «assureur connectés».

Découvrez les trois axes majeurs, au sein desquels l’IoT transforme radicalement le marché de l’assurance.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *