Le monde réel investit de plus en plus le virtuel à mesure que les objets connectés se multiplient et que leurs prix baissent.  Au cours des cinq prochaines années, la prolifération d’équipements intelligents périphériques — interconnectés les uns aux autres — occasionnera vraisemblablement des bouleversements majeurs dans le secteur de l’assurance.

Vision Technologique 2014 d’AccentureCette évolution présente autant d’avantages pour les clients que pour les assureurs. Les clients sont mieux informés et équipés pour comprendre et maîtriser l’environnement physique. Les assureurs, quant à eux, bénéficient de données contextuelles et comportementales en temps réel qui leur permettront d’affiner les risques et de redéfinir les produits qu’ils proposent dans le monde physique.

Certaines compagnies commencent à se repositionner au cœur des expériences clients en utilisant, par exemple, la télématique automobile pour estimer les risques des conducteurs assurés et récompenser les conducteurs les plus prudents. Cependant, les assureurs doivent aller encore plus loin et anticiper les innovations pour prévenir les répercussions éventuelles sur leur activité et business model. Ils devraient notamment prendre en compte les récentes tentatives de Google et Nissan, de construction de voitures autonomes et envisager la possibilité d’assurer ce type de véhicule d’ici 5 ou 6 ans s’ils veulent se différencier de leurs concurrents et rester dans la course.

Dans les secteurs vie et non vie, cette délimitation floue des frontières mérite aussi d’être prise en compte. Que cela concerne les équipements de la maison (réfrigérateur intelligent permettant à l’assureur de proposer des promotions dès lors que l’assuré achète de la nourriture saine par exemple) ou professionnels (utilisation des puces RFID dans l’industrie pétrolière par exemple). Grâce à ces objets connectés, les assureurs obtiennent un certain nombre d’informations sur leur performance, en temps réel. Ils peuvent ainsi proposer des contrats personnalisés, et répondre à une des premières exigences des assurés de nos jours.

Dans mon prochain billet, j’examinerai la deuxième tendance de cette étude : le crowdsourcing ou l’externalisation collaborative. Pour en savoir plus découvrez notre rapport Vision Technologique 2014 et suivez mon blog.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *