La clé pour une prévention efficace de la cyber-criminalité ne réside plus dans la profusion des données, mais dans l’utilisation pertinente des bonnes données, par notamment le recours à l’Analytics. Trois éléments capitaux sont au cœur de la prévention.

Comme précédemment développé, l’utilisation efficace des données est le meilleur moyen pour les assureurs de combattre la fraude et d’autres formes de criminalité financière. Pour ce faire, ils doivent intégrer les données qu’ils recueillent à partir de diverses sources, et utiliser des capacités d’analyses sophistiquées pour en tirer des informations utiles.

Pour atteindre cet objectif, trois éléments importants sont nécessaires :

  1. Améliorer la qualité des données

C’est un problème pour de nombreux assureurs, en particulier ceux qui opèrent dans différentes régions et dans différents secteurs d’activité, et utilisent plusieurs systèmes.

La première étape consiste à définir de bons indicateurs de qualité des données. Par exemple selon les principes définis dans le cadre de Solvabilité II l’exactitude, l’intégrité et l’exhaustivité sont trois critères clés de qualité d’une donnée.

Ensuite, il convient d’établir la sélection et le rapprochement centralisé des données pour améliorer la qualité de l’analyse.

La troisième étape consiste à améliorer la gouvernance des données, avec des règles claires en termes de propriété et de qualité de celles-ci.

  1. L’analytics pour transformer les données en informations et en analyse

Les mesures tactiques, telles que l’utilisation de « text mining » (l’analyse de données textuelles) et autres outils analytiques, peuvent aider les assureurs à comprendre le risque sous-jacent à certaines transactions spécifiques, ou porté par les données client. Cependant, l’information n’est utile que si elle peut déclencher une action. Ce qui exige d’aligner les processus internes de décision pour pouvoir tirer parti des informations.

  1. Appliquer des techniques de visualisation de données

Alors que le volume et la complexité des données augmentent, il devient utile de disposer de techniques de visualisation de données pour identifier des incohérences par rapport à des cadres pré-établis. Les nouvelles technologies émergentes peuvent être utilisées pour obtenir des informations, non seulement à partir de sources de données traditionnelles, mais aussi à partir des nouveaux moyens de communication (e-mails, messages instantanés ou vocaux).

Les clients interagissant davantage avec leurs assureurs via les canaux mobiles et numériques, et les employés utilisant leurs propres appareils mobiles sur le lieu de travail, la capacité à reconnaître précisément un appareil pour en saisir les données peut devenir extrêmement important dans la prévention des cyber-attaques.

Nous constatons que l’écart se creuse entre les entreprises qui considèrent leurs données comme un simple actif et celles qui les considèrent comme un atout stratégique pour les guider dans la définition de leurs objectifs et pour leur prise de décisions. Les décisions pilotées par les données – en utilisant le big data – donne aux assureurs une meilleure compréhension de leur environnement opérationnel.

L’utilisation des nouvelles technologies améliore la qualité des décisions et contribue à prévenir la criminalité financière, à protéger leur réputation, et à créer de la valeur en aidant les assureurs à améliorer l’expérience client. Les autres messages sur ce sujet sont disponible ici. Et pour lire le rapport Accenture Utiliser les données pour lutter contre la criminalité financière, cliquez ici.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *