Accenture Insurance Blog

Pour les investisseurs qui soutiennent les assureurs, les programmes de transformation doivent générer des résultats au plus vite.

Face aux actionnaires, la pression qui pèse sur les compagnies d’assurance se fait de plus en plus grande. L’impératif ? S’adapter à la disruption digitale qui secoue le marché. Or, on n’attend pas seulement d’eux qu’ils mettent en œuvre des changements : on s’attend à ce que ces changements génèrent des résultats rapidement.

En effet, 80 % des assureurs interrogés à l’occasion de notre enquête mondiale sur le changement affirment que les actionnaires attendent des programmes de transformation qu’ils génèrent les résultats escomptés au plus tard dans les 18 mois. Cette urgence est une nouveauté. Nous voilà à mille lieues des longs délais autrefois d’usage chez les assureurs pour évaluer les retours sur investissement de leurs projets stratégiques.

Or, l’urgence est une caractéristique intrinsèque de l’économie digitale. Les entreprises qui ne s’adaptent pas comme il le faut et aussi rapidement qu’il le faut risquent d’avoir du fil à retordre pour rester compétitives. Près de la moitié des entreprises classées au Fortune 500 en l’an 2000 n’existent plus. C’est tout simplement ahurissant. Pis encore : selon la société américaine de conseil en stratégie de l’innovation Innosight, 75 % des entreprises classées à l’indice Standard & Poor 500 en 2012 seront remplacées par d’autres d’ici à 2027.

Notre enquête nous apprend que les assureurs investissent déjà massivement dans des programmes de transformation.

Nous avons aussi découvert que les forces qui poussent les assureurs au changement sont à la fois internes et externes. Parmi les moteurs internes les plus évoqués par les assureurs, citons la nécessité d’améliorer le déploiement de produits et services, de réduire les coûts, et de renforcer la conformité réglementaire ainsi que la gestion du risque. Les facteurs externes, quant à eux, concernent l’évolution des attentes du client, les évolutions technologiques, les nouvelles lois et réglementations, ainsi que la pression de la concurrence.

Par ailleurs, notre enquête nous apprend que les assureurs investissent déjà massivement dans des programmes de transformation. Leurs priorités en matière d’investissement ? L’amélioration de l’efficience et de la maîtrise des coûts, l’optimisation du service et de l’expérience client, ainsi que le renforcement de la conformité réglementaire et de la gestion du risque (voir le diagramme ci-dessous).

En fait, ces priorités en matière d’investissement s’avèrent souvent étroitement liées. Ainsi, bon nombre d’assureurs comptent sur les nouvelles technologies digitales, par exemple, pour améliorer l’expérience client, tout en réduisant les coûts associés au déploiement de nouveaux produits et services.

Quant au Big Data, à l’analytique, au mobile, à l’Internet des objets et au Cloud, ils arrivent en tête des technologies digitales perçues comme essentielles à leurs programmes de transformation. Des innovations récentes comme la robotique ou la blockchain attirent également les investissements, mais restent encore à la traîne des technologies digitales mieux établies.

En bref, l’avenir des compagnies d’assurance dépendra de leurs investissements dans des programmes de transformation. Sans changements substantiels dans leur façon de mener leurs activités, les porteurs de risques traditionnels auront bien du mal à concurrencer les nouveaux prestataires de services d’assurance de l’ère digitale, déjà avantagés par des immobilisations moindres et des coûts opérationnels réduits.

Pour en savoir plus, découvrez le rapport “Assurances et changement”.

Soumettre un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *