Il semble que, sous peu, pratiquement tout habitant de la planète sera équipé d’au moins un appareil mobile.

Les chiffres varient selon les études, mais toutes s’accordent sur un point : le nombre de mobiles (smartphones, tablettes et, de plus en plus, équipements de communication embarqués dans les véhicules) croît à un rythme sans précédent. La présentation que j’ai actuellement sous les yeux prévoit un parc d’environ 10 milliards d’appareils mobiles à l’horizon 2020.

Point n’est besoin d’enquêtes pour savoir que la majorité des utilisateurs (et bientôt, à vrai dire, la quasi-totalité d’entre nous) gardent leur mobile en permanence à portée de main. Tous – vous y compris, sans doute – ont troqué leur solitude contre le confort d’une connexion constante avec leur environnement.

En conséquence, le commerce devient lui aussi mobile. Cette année, selon certains commentateurs, le nombre de transactions mobiles aura augmenté de 50 % par rapport à l’an dernier. Cette tendance est appelée à se poursuivre, profitant de la progression des canaux numériques en général, principalement Internet, et de la consumérisation de l’informatique, qui voit les employés se servir de leurs propres équipements mobiles pour effectuer des tâches professionnelles (c’est le phénomène du BYOD : Bring Your Own Device).

Résultat, inéluctable : l’être humain aspire de plus en plus à être connecté en permanence, et il s’attend à ce qu’il en soit de même pour les entreprises auxquelles il s’adresse.

Cette tendance est lourde de conséquences pour les entreprises, et les compagnies d’assurance ne font pas exception à la règle. Témoin le titre d’un récent rapport Forrester, selon lequel « L’avenir de l’assurance réside dans la mobilité ». Nous n’en sommes toutefois qu’au début de cette évolution, dont je me propose d’étudier quatre aspects majeurs dans cette série de billets.

  • Clients. Une entreprise doit aller là où sont les clients ; or, ceux-ci se trouvent de plus en plus en ligne et sur les mobiles et en particulier la composante mobile des réseaux sociaux
  • Collaborateurs. Le BYOD, s’il constitue une problématique pour les entreprises, se généralise en raison des gains de productivité considérables qu’il procure. Les assureurs mettent d’ores et déjà à profit les mobiles pour rendre leurs équipes plus performantes.
  • Agents et courtiers. Certains assureurs incitent déjà leurs agents et courtiers indépendants à s’appuyer sur la mobilité en leur offrant de nouveaux outils mobiles pour gagner en efficacité commerciale et en proximité avec le client.
  • Technologies. Dans les coulisses, le DSI et son équipe déploient des trésors de patience pour mettre en place l’infrastructure technologique qui permettra aux clients et aux collaborateurs d’interagir avec les systèmes de l’entreprise où qu’ils se trouvent. Parmi les principaux leviers d’évolution vers la mobilité figurent les médias sociaux, le cloud et le développement des applications mobiles.

Dans mes chroniques suivantes, j’examinerai plus en détails chacun de ces aspects du point de vue de l’assureur.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *