Selon moi, il existe principalement trois barrières empêchant les assureurs de récolter les vrais bénéfices de leurs investissements dans l’analytique :

Ressources : Comme souligné dans mon précédent billet, un tiers des assureurs interrogés affirment avoir suffisamment de ressources technologiques et humaines. C’est un bon départ, mais ce n’est pas suffisant. Plus inquiétant, ce sont ces ressources humaines et technologiques qui les empêchent d’avancer.

Culture et entreprise : Alors que la plupart des assureurs ont nommé une personne dédiée en charge de la gestion des données, les cadres dirigeants seniors, n’y sont pas aussi engagés qu’ils le sont dans d’autres secteurs (57 % contre 67 %). De plus, il semblerait que la gestion des supports d’assurance se contente seulement d’établir des stratégies dont l’objectif principal est d’identifier les opportunités de croissance et de performance.

Disparités des profils : Les profils spécialisés nécessaires pour exploiter ces données sont rares dans le secteur de l’assurance. Les compagnies se sont lancées dans une guerre des talents, mais la bataille est rude, qui plus est lorsque l’on parle d’analytique. La population de l’assurance est vieillissante et les jeunes diplômés montrent des réticences à s’engager dans ce type de carrière, le secteur n’étant pas le plus attractif. De fait, il semblerait que de larges effectifs se développent en Inde ou en Chine, dans des pays en voie de développement. Pour en savoir plus sur ce sujet.

Tout ceci concerne principalement les ressources, humaines ou technologiques. Mais ces problématiques peuvent toujours être résolues. Le plus inquiétant est le défi conceptuel posé par le deuxième point, celui de la culture d’entreprise. Il est sans doute le plus difficile à surmonter car il implique de changer les états d’esprits. Et ceci n’est pas une mince affaire.

Lors de mon prochain article, je vous dévoilerai les facteurs déterminants permettant un retour sur investissement en analytique.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *