Les constructeurs automobiles ont été très présents au dernier Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas début janvier. Ce n’est pas une surprise, car l’engouement du consommateur pour la technologie les pousse à innover massivement. Par ricochet, les assureurs-auto doivent revoir leurs offres de fond en comble. C’est cette thématique que je vais développer autour de 4 posts.

La voiture du futur n’est pas un fantasme, elle existe déjà. Depuis 10 ans, les constructeurs automobiles ont intégré de nombreuses technologies dans les véhicules afin de les rendre plus sûrs, plus responsables et plus amusants à conduire.

Les Kits-main libre, l’écoute de l’IPod en Bluetooth dans la voiture, la radio par satellite ou encore les systèmes de stationnement automatique sont des accessoires largement déployés dans les voitures les plus récentes. Comme pour les objets connectés dans la maison, ces outils collectent des données pour permettre de personnaliser et d’améliorer la performance.

Un timing parfait

La voiture de demain s’intègre dans un ensemble cohérent et novateur, issu de la convergence :

  • De la maison intelligente, avec des applications dans le domaine des loisirs, de la gestion énergétique ou encore de la sécurité,
  • Et de la ville intelligente, comme la localisation des places de stationnement, le transport intermodal et la gestion du trafic.

Et, ce n’est que le début. Selon les experts du secteur, vers 2025 :

  • Les véhicules communiqueront directement les uns avec les autres sur l’état du trafic et les conditions météos.
  • L’analyse des données aidera les voitures à identifier et localiser les problèmes, à les corriger et à en avertir les autres véhicules pour un impact minimal pour le conducteur.

Une voiture domestiquée

Outre ces améliorations, l’auto de demain va s’adapter au style et aux besoins de chaque conducteur individuel.

Ce « véhicule cognitif » répond à une demande du consommateur. Maître à bord, ce dernier n’aura aucune hésitation à faire entrer Google, Microsoft ou encore Apple dans le cockpit.

Selon les recherches d’Accenture, le renforcement de la sécurité routière est plébiscité, comme les systèmes de maintien de trajectoire ou le freinage automatique, qui empêche d’heurter un obstacle.

En conséquence, les critères d’achat évoluent. Aujourd’hui, 39% des conducteurs choisissent un modèle en fonction des équipements technologiques embarqués plutôt que de la performance (14% seulement), qui était privilégiée jusque-là.

Multiplication de nouvelles offres

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant de voir surgir de nombreuses alternatives, en particulier par de nouveaux entrants comme la Google Car, mais aussi la voiture électrique de Tesla ou le service d’autopartage Car2go de Daimler.

Inévitablement, le bouleversement du secteur automobile rend caduque les anciens modèles de l’assurance-auto. Les assureurs doivent faire porter leurs efforts dans différentes directions, comme miser sur la technologie, assurer les nouveaux usages et développer de nouveaux écosystèmes et accords avec des partenaires extérieurs au monde de l’assurance.

Dans mon prochain post, je ferai un focus plus détaillé sur les initiatives mis en œuvre par les constructeurs automobiles pour répondre aux exigences du conducteur high-tech.

En savoir plus:

Lire Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté ?

Lire Quand l’Internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l’assurance

Lire The Connected Vehicle: Viewing the Road Ahead

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *