La multiplication des standards et des normes prudentielles, comptables et de mesure du capital pousse de nombreux assureurs à devoir adopter une approche plus intégrée de la production de leurs différents reporting.

Avec l’accroissement des exigences réglementaires, le reporting est devenu un point de contention inextricable pour les assureurs qui doivent, en plus de Solvabilité 2, gérer d’autres normes, conduisant à une accumulation d’informations à produire dans des délais impartis toujours plus réduits. De façon opérationnelle, comment être en mesure de produire et publier, dans des délais courts et de manière conforme aux exigences de qualité, l’ensemble des données nécessaires pour le local GAAP, les IFRS, Solvabilité 2, ainsi que spécifiquement pour l’ACPR et pour la BCE de façon pérenne et soutenable ?

Faire les bons choix

Cet impératif de production récurrente d’informations multiples conduit à des transformations sur la totalité de la chaîne depuis l’extraction des données des systèmes amont jusqu’à l’envoi final des rapports à leurs destinataires finaux. A cet égard, il est possible d’identifier des besoins dans des domaines aussi divers que :

  • Les liens entre les besoins calculatoires et ceux de reportings (Pilier 1 et Pilier 3) ;
  • L’articulation des reportings quantitatifs et narratifs ;
  • La réconciliation multinormes au sein des données et des reportings ;
  • Les liens entre les données comptables et financières, les données de risques et les enjeux de la communication financière ;
  • Le lien de l’ORSA avec les calculs réglementaires et les projections d’activité (SCR et Business Plan) ;
  • L’articulation des processus de reportings solo et conso ;
  • La prise en compte des besoins spécifiques au reporting interne ;
  • La production accélérée dans des délais infra-annuels ;
  • La conversion en flux XBRL tels que requis par les superviseurs.

Un modèle intégré

On peut essayer d’adresser ces sujets un par un, réagir au cas par cas, ou bien penser et organiser en amont une réponse globale. La nécessité du reporting intégré se pose dès aujourd’hui avec les exigences de Solvabilité 2 en 2016, mais elle va continuer à rester prégnante sur les prochaines années avec la montée en puissance de Solvabilité 2 et la réduction des délais associés, et également les autres contraintes prudentielles (ENS, reporting BCE, G-SII, ComFrame) et comptables (nouvelles normes IFRS) qui doivent être anticipés afin de construire un dispositif de reporting capable de s’adapter aux évolutions réglementaires.

Même s’il y a toujours une part d’incertitude sur le calendrier et le détail des évolutions normatives, les assureurs doivent se préparer à ce que leurs processus de production des reportings soient encore plus mis sous tension à l’avenir. Pour y faire face, des initiatives peuvent être menées dès à présent afin d’adapter progressivement leurs dispositifs, notamment :

  • Aborder les processus Finance et Risques de façon macro pour zoomer ensuite sur les points de difficultés sur lesquels se concentrer en priorité ;
  • Modéliser les processus en détaillant les systèmes, l’organisation, les méthodes, les contrôles
  • Impliquer l’ensemble des équipes (métiers, maîtrise d’ouvrage, informatique) de façon transverse et régulière pour créer une dynamique collective de compréhension des enjeux et de résolution des difficultés ;
  • Définir une cible de production ainsi qu’une trajectoire de mise en œuvre ;
  • Revisiter à l’aune des évolutions réglementaires et des interdépendances ;
  • Se comparer avec ses pairs.

La définition d’un niveau d’ambition propre à son organisation et ses spécificités et l’installation d’une démarche d’amélioration continue, contribueront également à consolider et pérenniser les progrès obtenus de façon soutenable.

 Eviter certaines erreurs

Les équipes d’Accenture France connaissent tous ces points, auxquels ils ont été confrontés chez différents acteurs de l’assurance. Nous comprenons les enjeux fonctionnels associés aux différentes normes et reportings présents et à venir, et nous savons articuler les différentes actions opérationnelles à mettre en œuvre pour y répondre.

PART 3 - ImageNous savons en particulier associer compétences métiers et technologiques pour accompagner l’ensemble des intervenants sur la chaîne de production des reportings des assureurs (comptables, actuaires, risque…).

En fonction des besoins, nous pouvons apporter une vision globale ou nous concentrer sur un point particulier du Reporting comme l’intégration de l’ORSA au dispositif, les contrôles associés au Pilier 2 ou encore le Fast Close d’une clôture multinormes.

Dans mon prochain post, je ferai la synthèse de notre étude. J’y montrerai que les assureurs qui vont au bout la logique du reporting intégré se dotent au final d’un véritable avantage opérationnel.

Télécharger le rapport complet :  The Insurance Reporting Challenge: Building an Integrated Framework

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *