Face à la transformation digitale du secteur, les courtiers en assurances doivent réagir dès maintenant au risque d’être dépassés, pire, de disparaître. Voici comment.

Le constat est quasi-unanime : 84% des dirigeants de compagnies d’assurances pensent que les entreprises qui fonctionnent encore selon des modèles classiques doivent faire évoluer leur activité plutôt que de subir la rupture de plein fouet. Et cette situation vaut également pour les courtiers.

Comme d’autres secteurs le montrent, ceux qui s’adaptent rapidement pour proposer des produits et des services innovants qui bousculent les standards bien établis, sont susceptibles d’en sortir gagnants.

Prenons le cas dans la gestion de patrimoine de Vanguard Group. Cette société de fonds d’investissement propose un service de gestion de patrimoine « robot-humain », mi automatisé, mi-humain. La répartition et le rééquilibrage des actifs sont confiés à des algorithmes, mais le client peut contacter à tout moment des conseillers humains. Depuis son lancement en 2015, ce service a généré plus de 7 milliards de dollars de nouveaux actifs.

Autre exemple, le succès de OnDeck Capital, spécialisé dans le prêt en ligne aux petites entreprises, est manifeste. Au point que JPMorgan Chase passe par la start-up pour accorder des prêts aux quatre millions de petites entreprises qui constituent sa clientèle, au lieu de faire appel à ses propres systèmes. OnDeck Capital propose en effet des solutions plus rapides et plus économiques.

Dans mon prochain post, j’évoquerai l’importance de la place des plateformes dans la stratégie des courtiers de demain.

Etude complète disponible au lien suivant : Le courtier de demain S’imposer dans un environnement disruptif

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *