Sur les marchés développés, l’industrie de l’assurance est un secteur mature. Comme je le mentionnais dans mon premier billet, la série  d’études Assurance 2020 menées par Accenture sur ces marchés prévoit une croissance et une rentabilité assez faibles jusqu’en 2020. Cela ne veut pas pour autant dire que l’on doit s’attendre à des performances médiocres. Certaines compagnies peuvent aussi tirer parti de ce contexte économique  et gagner des parts de marché, avec des stratégies offensives sur cette ligne métiers, comme l’assurance vie.

Nos études ont conclu que, sur les 4 scénarii imaginés pour le futur du marché de l’assurance, le plus probable est celui couplant un contexte macro-économique difficile sur le long terme avec une acceptation de la part des clients de payer des primes d’assurance plus élevées à la condition qu’elles portent sur des produits et services pertinents et sur-mesure. De la même manière, la demande de produits plus simples et moins chers est également susceptible de croître.
Ceci pose aussi un nouveau paradigme pour les assureurs, et une équation à résoudre, comment être industriel dans la production et de gestion, tout en étant sur-mesure, segmenté et différencié vis-à-vis de leurs marchés (Intermédiaires et Clients Finaux).

Pour saisir ce qui influencera le plus ce secteur d’activité, je pense que l’assureur doit prendre en compte 6 points cruciaux :
– Les clients ;
– Le développement du produit ;
– La chaîne de distribution ;
– La gestion des coûts ;
– La technologie ;
– La gouvernance et la gestion du risque.

Dans mes prochains billets, je parlerai de chacun de ces domaines et des étapes à suivre pour les assureurs, afin qu’ils puissent maîtriser l’ensemble de ces points clés.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *