Les exigences réglementaires prévues par Solvabilité 2 au sein du Pilier III accroissent les besoins en reporting aussi bien en termes de volume, de fréquence, de rapidité que de complexité. Ceci a pour les assureurs un impact fort au niveau de leurs données, de leurs process, de leurs méthodologies et de leur organisation.

A mes yeux, Solvabilité 2 impose aux assureurs d’aborder la question des reportings d’une manière globale.

Des tests grandeur nature du reporting Solvabilité 2

Grâce aux différents exercices préparatoires menés ces dernières années, le défi opérationnel de clôturer des comptes en régime Solvabilité 2 a été testé, en tâchant de répondre à un grand nombre de problématiques, notamment :

  • la qualité des données, y compris leur complétude,
  • la rapidité des délais de production des calculs actuariels,
  • la mise en place des nouveaux contrôles et des vérifications
  • la transparisation des fonds (« look-through approach»)
  • et plus globalement l’articulation, pour chaque assureur, de sa chaine de production Solvabilité 2 à ses autres chaînes de production existantes, de façon cohérente et efficiente.

Il est possible d’adresser ces points en rationnalisant et en automatisant les process, les méthodes et l’organisation.

Une approche globale du reporting

Une réponse au cas par cas ne permet pas selon moi, de résoudre dans la durée le défi que représente la production récurrente, fiable et efficiente de la masse des différents reporting que doivent remettre les assureurs.

Le travail de « clôture » constitue une activité périodique bien connue des différents métiers des directions Finance et Risque des compagnies d’assurance qui doivent fermer les livres, procéder aux opérations d’inventaire, alimenter les outils permettant de générer les états de reporting, et piloter leur publication et de communication. Les clôtures sont menées selon différentes normes et standards existants et autres à venir (norme locale, IFRS, MCEV, Solvabilité 2… nouveaux IFRS, exigences de la BCE…). Les opérations de clôture et celles de production des différents reportings sont étroitement liées et ne doivent donc pas être traitées en silos. L’organisation et les outils mis en place doivent permettre d’englober et articuler de façon cohérente ces activités, pour éviter de démultiplier des dispositifs de reporting générateurs de surcoûts et d’inefficiences (délais, productivité, doublonnage, difficulté à réconcilier les normes…).

La multiplicité des contraintes réglementaires et de reporting doit inciter les assureurs à adopter une démarche structurée visant à la mise en place d’un modèle ‘industriel’ de reporting prenant en compte de manière intégrée les dimensions processus, systèmes et ressources.

normes comptables et prudentielles

Envisager le reporting « comme un tout »

D’ici les 5 prochaines années, les règles comptables et prudentielles vont devenir de plus en plus exigeantes, avec un raccourcissement des délais autorisés pour publier les reportings Solvabilité 2 à la fois en arrêtés annuels et trimestriels, mais aussi du fait d’un accroissement des besoins de reportings (BCE, ENS, IFRS..). Les assureurs vont ainsi devoir apprendre à ‘fast-closer’ toujours plus vite, en surmontant la complexité additionnelle à répondre de manière synchronisée aux multiples normes, ce qui rendra impossible de produire dans les différentes normes de manière séquentielle, et poussera l’ensemble des acteurs à les produire en parallèle.

Ceci devrait conduire à une réflexion plus profonde en termes de rationalisation des dispositifs de reporting sous les angles Finance et Risque sur l’ensemble des processus de production des informations sous-jacentes. Selon moi, ces perspectives vont stimuler les assureurs à mettre en place un système de reporting plus intégré et performant.

Dans mon prochain post, j’aborderai les prochaines échéances majeures prévues par les normes comptables et prudentielles.

En savoir plus:

Télécharger le rapport complet :  The Insurance Reporting Challenge: Building an Integrated Framework

The Insurance Reporting Challenge: Building an Integrated Framework

Insurers are facing a rapidly evolving regulatory environment with new and changing standards imposed by different national, regional and global regulatory authorities.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *