Les responsables de la gestion du risque intervenant dans le secteur des assurances font face à un manque de compétences disponibles.

Face aux menaces émergeantes, aux rapides transformations de l’environnement économique du fait des nouvelles technologies, les responsables de la gestion du risque doivent continuer à participer à la maîtrise d’une activité d’assureur elle-même en pleine mutation. Dans ce contexte, un des défis à relever pour les directeurs des risques est de trouver le bon équilibre au sein des équipes entre les nouveaux talents et les spécialistes de la gestion des risques.

Mais comment y parvenir ?

Au fil des ans, notre étude mondiale sur la gestion des risques a démontré que cet exercice d’équilibre n’a jamais été simple pour les sociétés du secteur des services financiers. En 2009, les ressources de la fonction risque se faisaient déjà rares. Deux ans plus tard, la fonction avait pris assez d’essor pour entraîner une hausse des effectifs, mais le manque de talents spécialisés se faisait encore cruellement ressentir deux autres années plus tard. En 2015, les data specialists n’avaient jamais été aussi demandés.

Et depuis 2017, date de notre dernière étude mondiale sur la gestion des risques, les responsables de la gestion du risque intervenant dans le secteur des assurances font face à une pénurie de talents – plus exactement, de talents qualifiés en nouvelles technologies digitales et la gestion des données.

On pourrait presque dire que par définition, la gestion de la pénurie de compétences en matière de technologies émergentes est systématiquement à l’ordre du jour. Ainsi, sans se laisser abattre, les responsables de la gestion du risque des compagnies d’assurance constituent depuis quelques années des équipes pluridisciplinaires. Malgré la pénurie de talents qualifiés, aussi bien dans le domaine des technologies émergentes que dans d’autres domaines spécialisés, ils œuvrent à la mise en place d’équipes compétentes. Ces dernières années, la demande de compétences en gestion des risques s’est intensifiée. En ce moment, selon les responsables interrogés, les spécialistes de l’analyse des données en gestion des risques sont particulièrement recherchés en plus des compétences actuarielles déjà présentes dans les équipes.

Chaque jour, les responsables de la gestion des risques des compagnies d’assurance font leur possible pour mettre en place des équipes capables de répondre à une grande variété de besoins. En effet, au-delà de la prise en compte des évolutions dans l’environnement réglementaire et de marché, les nouveaux outils et processus changent la façon dont les équipes en charge du risque interagissent avec les autres membres de l’entreprise, mais aussi avec les partenaires, les organismes de régulation, les clients, et d’autres intervenants externes.

Pour répondre à ces besoins, les responsables de la gestion des risques des compagnies d’assurance peuvent prendre certaines des mesures suivantes :

  • Faire appel à du personnel affecté à d’autres services de l’entreprise, en vue de renforcer la crédibilité et de faciliter les relations.
  • Recruter des effectifs spécialisés dans différents domaines (y compris en économie, droit et ingénierie).
  • Associer les anciennes et les nouvelles compétences : c’est-à-dire créer des centres d’excellence analytique, dans lesquels les responsables de la gestion du risque et les actuaires confirmés collaborent avec une nouvelle génération de protégés férus de technologie.

Dans cet article, nous avons abordé la recherche des compétences rares et sa mise en relation avec différents acteurs internes et externes à l’entreprise. Dans le prochain, nous nous pencherons sur la question de l’intégration de la fonction risque avec les autres fonctions de l’entreprise et des défis qui y sont liés.

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *