Accenture Insurance Blog
Other Blogs

La révolution numérique est loin d’être achevée. Les courtiers n’ont d’autres choix que de mettre en œuvre une stratégie de rupture pour protéger leur cœur de métier. Après la présentation de l’état des lieux dans mes précédents posts, voici cinq business models potentiels qu’ils peuvent envisager d’adopter.

  1. Nouvelle génération de placement des risques. Grâce à l’analytique et à l’automatisation, les courtiers peuvent plus facilement recommander les produits et les solutions les plus adaptés à un risque donné.
  2. Prévention axée sur les résultats. L’application de l’analytique à différentes sources de données offre l’opportunité aux courtiers de développer leur offre de conseil financier et leurs services de prévention en IARD.
  3. Marché du risque et services à valeur ajoutée. Les courtiers disposent des outils avec l’analytique et les nouvelles technologies numériques pour accroître leur valeur ajoutée auprès des clients.
  4. Solutions de portage innovantes. Grâce à leur proximité avec les clients, les courtiers ont accès à des données privilégiées qui doivent leur permettent de mettre au point des offres à fort impact susceptibles d’intéresser les assureurs, réassureurs, et autres fournisseurs de capital.
  5. Nouveaux services de risques. Les courtiers peuvent nouer des partenariats avec des nouveaux concurrents à qui ils proposent leurs capacités en matière d’évaluation et de prévention des risques, un savoir-faire que les nouveaux acteurs ne possèdent pas toujours.

Ces modèles peuvent être associés de différentes façons, en fonction des courtiers. Seule certitude, la disparition de leur métier n’est pas une fatalité. Tous les courtiers ont l’occasion de repenser leur offre et de réinventer l’engagement client. La balle est donc dans leur camp.

Etude complète disponible au lien suivant : Le courtier de demain: S’imposer dans un environnement disruptif

Soumettre un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *